Comment optimiser la main gauche : gain de vitesse, précision, fluidité…

optimisation-main-gauche-saturax-cours-de-guitare-paris
Article sponsorisé

Bonjour à tous !

C’est Saturax, professeur de guitare à Paris et je vous propose aujourd’hui un petit cours de guitare en ligne sur pourquoi et comment optimiser sa main gauche. Les bienfaits sont conséquents et communs à tous les styles de guitare, allant du Classique au Jazz, en passant par le Blues, le Rock et jusqu’au Métal le plus ardu et le plus virtuose.

Parmi les nombreux bénéfices attendus: gain de vitesse, précision accrue, économies d’énergie, fluidité de mouvement, etc. Le fait d’optimiser la main gauche devient une logique d’esprit et une rigueur de jeu dans lesquelles on rentre progressivement, c’est un investissement à long terme qui va vous permettre de repousser vos limites et de progresser à la guitare de manière pérenne.

– Rôle du pouce, placement de la main

Il faut partir du principe que le guitariste est fainéant ! Au moins on effectue de mouvements, au moins on investit de force dans ces mêmes mouvements et au mieux on se porte, et au plus on est capable de jouer l’esprit libre pour mieux se concentrer sur le groove et l’émotion que l’on va faire passer au spectateur. Pour cela, deux choses vont être primordiales, avant même le placement des doigts: placer son pouce, et placer sa main.

Pour bien placer son pouce, qui contrebalance la pression naturelle des doigts sur le manche, il faut savoir que le centre d’équilibre entre des 4 doigts se situe aux environs du majeur. Ça signifie que pour faire une bonne balance et pour atteindre les écarts les plus grands, le pouce doit toujours être placé au niveau du majeur. Si on joue tout en haut du manche il doit donc se placer au niveau de la deuxième frette et si l’on doit démancher ne serait-ce que d’une seule case, il est compris dans le lot et on le déplace donc également. Ainsi, si l’index se retrouve à la 5ème case, le pouce devra se loger derrière la 6ème, il est la condition sine qua non du bon placement de la main.

Ensuite vient le tour de la main. Pour permettre aux doigts de se placer dans les meilleurs conditions possibles, la main doit être parallèle au manche. Ainsi, elle donne la possibilité à chaque doigt de se poser dans les meilleures conditions. Selon si on joue dans les cordes aiguës ou dans les cordes graves, la position de la main va légèrement s’adapter sans toutefois que le pouce n’ait à bouger, en se rapprochant du manche pour les graves et en s’en éloignant un peu plus sur les cordes aiguës. S’adapter légèrement, oui, mais pas bouger ! Il faut bien garder à l’esprit qu’elle doit à chaque instant rester parallèle pour permettre la meilleure optimisation de jeu possible.

– Mouvement minimum des doigts

Une fois la main et le pouce placés, c’est au tour des doigts de rentrer dans la partie ! Certains éléments ne vous surprendront pas mais il faut obligatoirement en parler pour mettre les choses au clair: les doigts doivent être arrondis et le contact avec les cordes doit se faire avec la pointe. Histoire d’avoir un indicateur, la petite marque laissée par le contact des cordes doit être au milieu du majeur et de l’annulaire, et un peu sur l’extérieur concernant l’index et l’auriculaire.

Je vous parlais plus haut du fait que le guitariste est fainéant et cherche l’économie de mouvement et d’énergie, et bien ça se concrétise notamment dans le placement du doigt dans la case. L’endroit le plus utile pour positionner le doigt dans la case est toujours près de la frette suivante. Si vous jouez à la 1ère case, il devra se situer près de la 1ère frette, 2ème case: 2ème frette, etc. Pour s’en convaincre c’est très simple, appuyez à cet endroit avec le minimum de force avant que ça ne frise, et renouvelez l’expérience un peu plus haut dans la même case, avec exactement la même force. Résultat: la corde frise, alors qu’elle aurait sonné correctement si on avait placé le doigt près de la frette. Par conséquent, il est important de prendre l’habitude de jouer à cet endroit, pour optimiser la force investie.

Par principe, tous les doigts doivent en permanence être au dessus de leurs frettes, juste au dessus des cordes, et prêts à jouer. Par “prêts à jouer”, j’entends que le doigt doit être arrondi (oui, même l’auriculaire…) avec la pointe prête à être posée. La combinaison de ces trois consignes permet d’avoir en permanence la possibilité technique d’atteindre n’importe quelle case avec le minimum d’effort et de temps, car la distance parcourue entre le moment où l’on commence à bouger et le moment où on doit jouer la note est la plus petite, et que, du fait du placement juste avant la frette, l’énergie engagée dans le mouvement sera optimisée, au plus bas.

optimisation-main-gauche-detail– Préparation des doigts, économie de mouvement

Une des grandes clefs pour bien jouer de la guitare est de savoir précisément quand les doigts doivent se poser, et quand ils doivent se lever. Savoir cela à chaque instant d’un morceau permettra de mettre les idées au clair, d’optimiser le nombre de mouvements, et donc, de gagner en tranquillité et en vitesse potentielle.

Les combinaisons de placements de doigts étant d’un nombre très grand, il ne sera évidemment pas possible de tout détailler ici. Cependant, une certaine logique d’esprit doit être appliquée, il faut partir du principe que les gestes se font au moment où l’on joue les notes. Ça veut donc dire que l’on cherche à ne pas bouger entre les notes. Le but de cette manoeuvre est de réduire au maximum le mouvement des doigts.
Si on doit poser un doigt il faudra veiller à le préparer à la note d’avant, à l’anticiper pour pouvoir le placer sereinement au moment voulu.

Qui dit préparation des doigts dit optimisation du nombre de mouvements. Il s’agit là de trouver le juste milieu entre ne jamais laisser ses doigts sur le manche et les laisser outre mesure. Admettons qu’on joue 3 notes avec l’index, le majeur et l’auriculaire (1, 2 et 4) à la suite sur une même corde, les doigts se posent un à un sans pour autant se lever. On pourra ainsi lever tout les doigts au même moment au lieu d’en baisser un et d’en lever un à chaque note: économie de mouvements, et gain en stabilité de la main.

Quelques exceptions bien sûr, si l’index doit jouer sur une corde différent l’instant après, il devra donc de préparer au moment où l’auriculaire joue, encore une fois tout dépend du contexte et les exceptions seraient trop nombreuses à énoncer. Je vous propose là une logique d’esprit à acquérir, après c’est à vous de réfléchir à comment l’appliquer. Autre exemple très simple, on va bien sûr profiter des cordes à vides pour se préparer et pour, notamment, démancher. C’est au moment où l’on joue la corde à vide qu’il faut faire l’action de se préparer pour la suite, car selon la vitesse du passage à jouer il sera peut-être trop tard une fraction de seconde après.

– Des exceptions à la règle

Optimiser sa main veut bien sûr dire optimiser sa main dans le contexte. Gardez à l’esprit que la méthode dont je vous parle n’est pas la vérité absolue. Ce que je préconise, c’est de partir de cette méthode et de ses principes pour chaque instant où on joue de la guitare, et ensuite de réfléchir à quelles exceptions on peut faire, en sachant toujours répondre à la question “pourquoi on a besoin d’en faire?”.

Les exceptions peuvent être nombreuses: le fait de jouer des vibratos et bends à la guitare électrique nécessite par exemple de prendre le manche à pleine main et de changer radicalement la position du pouce, de même pour l’utilisation de gammes très ancrées dans le jeu guitaristique comme la pentatonique mineure que vous connaissez. Ou encore, on peut être amenés à bloquer certaines cordes avec l’index pour ne pas avoir de résonances indésirables, on posera donc légèrement le doigt à plat sur les cordes.

Même si vous faites des exceptions à la position, certains principes de cette méthode restent pertinents comme chercher l’économie de mouvement, garder les doigts au possible prêts à jouer ou encore anticiper les changements de position. N’oubliez pas que l’application de cette méthode se fait lorsque vous pratiquez chez vous, il n’est pas question d’intellectualiser quoi que ce soi mais bien de se donner les clefs pour progresser, d’avoir une certaine rigueur de jeu pour que quand vous enregistrez ou jouez sur scène, vous ayez les bons automatismes, l’esprit libre et pour que la musique se fasse.

Voilà tout le monde, j’espère que cette leçon de guitare exclusive chez le blog qui gratte vous a plu et qu’elle vous servira au quotidien. N’hésitez pas à commenter et à partager l’article, quant à moi je vous donne également rendez-vous sur mon site internet et vous attends sur mes réseaux sociaux. À très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


trois + 6 =